• Maxime Meier

POUR QUE LES ÉLECTIONS DE 2017 SOIENT RESPECTÉES

À propos de l’article intitulé «Les députés accouchent au forceps d’un congé paternité de 20 jours» (18novembre 2020).

Mardi 17 novembre, avec treize élus manquants, notamment plusieurs élus PLR pour cause de Covid, le Grand Conseil a approuvé un congé paternité de vingt jours pour les fonctionnaires. Quoiqu’on pense d’un tel projet, les électeurs sont en droit que la voix de leurs représentants puisse être entendue au sein du plénum. Cependant, la crise sanitaire n’épargnant personne notamment au sein des députés vaudois, les forces élues en 2017 n’étaient plus respectées et cela indépendamment de leur volonté. La gauche en a profité pour faire passer son projet pour quelques voix, en ne respectant pas les forces en présence élues en 2017 et faisant ainsi vaciller la légitimité de cette adoption. Un tel exemple doit nous faire réfléchir sur le fonctionnement de nos institutions. À l’heure où tous les secteurs doivent s’adapter à cause de cette pandémie, il en va de même pour nos institutions. Une telle problématique démocratique n’aurait pas eu lieu si, à l’instar de nos voisins fribourgeois, notre parlement vaudois bénéficiait d’une possibilité de siéger en ligne pour des cas de rigueur. Cette solution, proposée par les Jeunes PLR, permettrait que les équilibres politiques issus des urnes ne soient pas impactés par la pandémie. Maxime Meier, président des Jeunes libéraux-radicaux vaudois, Bretigny-sur-Morrens

1 view0 comments